Autrice : Nikki Henderson

La définition du risque : « une situation d’exposition à un danger ».
La navigation en haute mer est intrinsèquement risquée. Il n’est donc pas surprenant que lorsque je coache de futurs propriétaires Outremer, les questions portent généralement sur les pires scénarios : que se passe-t-il si je me retrouve par gros temps, si je fais un MOB ou si je ne prends pas de ris à temps ?

Il peut être difficile de répondre à ces questions de manière succincte. Il existe une infinité de situations dans lesquelles on peut se retrouver en mer. J’ai tendance à commencer par « je recommanderais X », puis je finis par suivre avec un grand nombre de nuances : « sauf quand… » ou « sauf si… » ou « mais seulement si …. ».

Une approche souvent adoptée par les instructeurs consiste à apprendre aux élèves à éviter de se retrouver dans le mauvais temps. C’est un point de départ admirable, et mieux vaut prévenir que guérir. Cependant, cette approche n’est en aucun cas infaillible.

 

Sécurité en mer, gérer les imprévus

 

Il y aura toujours un grain que nous n’aurons pas vu sur le radar. Il y aura toujours un vent catabatique qui ne figurait pas dans les prévisions. Il y aura toujours des vagues scélérates. Il y aura toujours des erreurs. Non seulement la nature est imprévisible, mais l’être humain l’est aussi. Nous sommes tous faillibles. Il est essentiel de l’accepter.

Ce que j’essaie d’éviter, c’est de donner une liste de règles de sécurité en mer indiquant exactement ce qu’il faut faire et quand – comme « vous devez prendre un ris quand il y a 21 nœuds de vent » ou « dans les grosses vagues, les lignes de fuite sont la seule solution » – mais plutôt de guider les gens pour qu’ils prennent eux-mêmes la bonne décision. En d’autres termes, le « pourquoi » est bien plus important que le « quoi » lorsqu’on apprend à naviguer.

C’est un sport où nous sommes en perpétuel mouvement, tout est très changeant, et il n’y a pas de bouton « stop ». J’ai souvent dit que l’un des plus beaux aspects de la voile est la proximité avec la nature. Une bonne journée de navigation peut s’apparenter à une danse avec un partenaire ; on se déplace en rythme avec la nature, en maintenant l’harmonie et l’équilibre.

Lire aussi : Mal de mer – Nikki Henderson

Les meilleurs marins ont une compréhension si profonde de ce qui les entoure – et sont tellement en phase avec la nature – qu’ils sont capables d’être flexibles. Ils peuvent se déplacer, s’équilibrer et pivoter comme le fait mère nature. Il suffit de regarder la voile olympique pour s’en rendre compte : les marins bougent constamment leur corps et leurs voiles en harmonie avec les forces qui les affectent.

La flexibilité ne fait pas seulement un bon marin ou un marin rapide. Elle permet de naviguer en toute sécurité. La capacité d’adaptation d’un marin est directement liée au degré de sécurité qu’il est susceptible d’offrir au bateau. Plus il est flexible, plus il est susceptible d’ajuster les voiles, le bateau, l’équipage et les plans en fonction des conditions environnantes, réduisant ainsi la probabilité d’un accident.

Si atteindre la réactivité d’un marin olympique peut sembler hors de portée, il y a des choses simples que je recommande à tous ceux qui souhaitent devenir des marins capables de s’adapter à n’importe quelle situation.

 

Etat d’esprit

Encourager un esprit d’ouverture à bord. Ce n’est pas raisonnable de compter sur une seule personne pour remarquer les changements de conditions, de moral de l’équipage, de couverture nuageuse, d’état de la mer ou de pression. D’une manière générale, nous avons tous besoin de dormir !

Encouragez la curiosité. Encouragez l’analyse. Encouragez tout le monde à s’impliquer. Ne rejetez pas les suggestions, même si elles semblent stupides. Organisez régulièrement des discussions de groupe sur la situation actuelle et les prévisions. Faites le point sur tout ce qui ne s’est pas déroulé comme prévu et apportez des changements, si nécessaire, afin de mettre en place des procédures qui tiennent compte du retour d’information.

Un bon point de départ consiste à discuter de toute manœuvre avec votre équipe avant de la mettre en œuvre et de laisser du temps pour les questions. Il est également important de se réunir une fois par jour, quel que soit votre état de fatigue ou celui de l’équipage, autour d’un repas ou d’un thé, pour discuter des conditions prévues et faire le point sur le déroulement de la journée.

 

Garder les bloqueurs/embrayages ouverts

C’est un moyen très simple de s’assurer que le bateau et les voiles sont prêts à s’adapter à des conditions changeantes. Dans la mesure du possible, toutes les lignes qui constituent la commande principale pour l’envoi ou le déploiement des voiles doivent être sur des winchs dont l’embrayage est ouvert.

Cela signifie que l’écoute de grand-voile doit toujours être sur le winch avec son embrayage ouvert – prête à se dérouler facilement. Toutes les autres écoutes actives ainsi que la drisse de spinnaker doivent en être de même.

Un bateau bien rangé

Dans la même veine que précédemment, un bateau bien rangé est un bateau sûr. Veillez à ce que toutes les amarres soient écaillées et prêtes à fonctionner. Veillez à ce qu’elles ne se coincent pas derrière les portes coulissantes de votre salon, autour du gouvernail ou dans les cordes auxquelles vous les suspendez.

Il est recommandé d’accrocher les lignes actives (celles avec les bloqueurs ouverts qui sont sur les treuils) sur leurs treuils respectifs. Cela permettra de libérer l’espace de stockage pour les autres bouts.

 

Réglages des instruments

Trop de données sur un écran de pilotage n’est pas très accueillant, en particulier pour un navigateur novice. Réfléchissez vraiment à ce que vous avez besoin de voir sur les écrans et à l’endroit où ils sont affichés, de manière que tout le monde à bord ait l’impression d’être en phase avec les conditions – en tout cas au sens numérique du terme. Cela permettra de s’assurer que les navigateurs les plus expérimentés ne soient pas les seuls à remarquer les tendances et les changements.

Quelques recommandations de base :

  • Les données sur le vent réel et le vent apparent sont intéressantes à avoir côte à côte.
  • Utilisez une option graphique pour le vent ainsi qu’une option numérique – pour satisfaire les différents cerveaux !
  • Il est généralement inutile d’avoir la vitesse du bateau et la vitesse sur terre affichées en même temps.
  • Si vous êtes au milieu de l’océan, la profondeur n’est pas très importante et peut être supprimée (n’oubliez pas de la réactiver si un récif se trouve à proximité ou si vous approchez terre).
  • La direction du vent réel est extrêmement utile pour surveiller les changements de vent pour un navigateur débutant.
  • La température de la mer est très utile lorsque l’on navigue à proximité de courants majeurs tels que le Gulf Stream.

 

Créez votre propre journal de bord

La tenue régulière d’un journal de bord est un bon moyen d’encourager tous les membres de l’équipage à être à l’écoute de la nature et de ce qui se passe sur le bateau. Cependant, les journaux de bord classiques sont souvent mal conçus pour votre bateau. Envisagez de créer votre propre carnet de bord avec autant d’informations que vous le souhaitez.

Voici quelques-unes de mes idées :

  • J’aime avoir deux colonnes pour la tension de la batterie, par exemple : une pour la batterie domestique et une pour la batterie de démarrage en cas de décharge de cette dernière.
  • J’aime avoir des colonnes pour les conditions : couverture nuageuse, état de la mer, pression barométrique, humidité, température de la mer.
  • Une colonne sur le bien-être de l’équipage est très utile – il s’agit simplement d’une échelle générale de 1 à 10 sur l’ambiance générale à bord.
  • J’aime bien qu’une colonne indique si le skipper (moi) se repose. L’équipage devrait savoir si vous dormez suffisamment – il est parfois difficile de suivre le rythme et 3 heures de sommeil en 24 heures ne suffisent pas lorsque vient le temps de prendre des décisions difficiles.

 

Élaborer des lignes de conduite

Un paradoxe que j’ai remarqué, c’est qu’avec des limites claires et bien définies, les gens se sentent plus libres. Il est utile de noter des bonnes pratiques pour le bateau. Ainsi, des limites de prise de ris, des profondeurs de dérive et des choix de voiles sont un bon point de départ. Cela élimine une partie de la réflexion et de l’imagination de la prise de décision, ce qui signifie que lorsque les conditions deviennent difficiles, vous pouvez utiliser votre cerveau plus finement et ajuster les réglages en fonction des changements inattendus qui se produiront inévitablement.

Par exemple, si vous avez une ligne de conduite « de base » selon laquelle le ris 3 doit être mis en place lorsque le vent est de 30 nœuds, vous mettrez le ris 3 immédiatement si vous voyez des rafales de 30 nœuds. Si le vent monte à 45 nœuds, vous devrez choisir entre naviguer au portant et maintenir la voile en l’état, ou bien affaler complètement la grand-voile. Quelle que soit votre décision, vous serez en bien meilleure position pour vous adapter à ce changement si le ris 3 est déjà en place que si vous étiez encore en train de réfléchir à la quantité de voile à affaler. Vous avez également économisé cette énergie de prise de décision pour la décision la plus importante.

 

Amusez-vous

On hésite souvent à changer de plan, à prendre un ris, à affaler un spinnaker, à sortir l’ancre flottante- parce que cela représente plus de « travail » ou trop d’efforts. Cette hésitation peut faire la différence entre la catastrophe et la sécurité.

J’en ai été la proie à de nombreuses reprises au cours de ma carrière de navigatrice. Généralement, la façon dont je sors de cet état d’esprit paresseux est de me rappeler que la voile est un plaisir. Faire ces choses – changer de voile, prendre des ris, hisser ou larguer – est amusant. Et si ce n’est pas amusant, ce sera certainement une expérience d’apprentissage. Se concentrer sur les aspects positifs, plutôt que sur les aspects négatifs, permet de naviguer en toute sécurité.