En février dernier, des tests ont été menés sur un Outremer 51 dernière génération, dans le cadre d’un partenariat avec Héole. Cette start-up bretonne est en effet l’une des premières en France à concevoir des voiles à base de membranes et toiles photovoltaïques organiques souples. Une idée ingénieuse pour imaginer le voilier de demain : il était tout naturel pour Outremer de s’associer au projet !

 

L’équipe derrière le projet

Cette petite mais ambitieuse start-up fondée en 2021, se compose d’une équipe de quatre personnes :

  • Guillaume Wantz, scientifique expert de l’OPV (Organic PhotoVoltaic)
  • Jean-Marc Kubler, l’expert en luminotechnique ;
  • Pierre Chabert, l’expert de l’électricité et le pionnier du dirigeable électrique ;
  • Anne-Cécile Loste, la gestionnaire.

Grâce à leurs compétences en ingénierie solaire ou géo-ingénierie, des premiers tests ont pu être menés sur l’un de nos catamarans : l’Outremer 51.

Et pourquoi le 51’ ? Initialement, cette voile prototype avait été conçue pour un catamaran de 50 pieds, dans l’objectif de faire ses preuves dans un contexte de course au large. Finalement, la voile était disponible pour d’autres prétendants ouverts à l’innovation. Outremer n’a pas manqué de sauter sur l’occasion.

“L’Outremer 51 était le seul catamaran de notre gamme du même gabarit que la voile prototype et un propriétaire motivé nous a laissé mener les premiers essais. L’objectif était de tester ces voiles solaires dans des conditions climatiques différentes, notamment en hiver, afin de déterminer leur efficacité et leurs performances dans des environnements variés.” – Romain Guiraudou, Ingénieur Electricité chez Outremer (connu pour avoir travaillé sur le projet 4.zero).

 

Une solution innovante

Les voiles solaires utilisées lors des tests sont fabriquées à partir de cellules photovoltaïques organiques (OPV). Bien que ces cellules produisent environ dix fois moins d’énergie que les cellules photovoltaïques traditionnelles, leur plus grande surface de 10 m² (contre 3-4 m² pour un bimini, par exemple, qui n’expose que 50% de sa surface) les rend plus efficaces. De plus, ces voiles sont transparentes et dotées de panneaux bifaciaux, ce qui permet de générer de l’énergie quelle que soit l’orientation du bateau par rapport au soleil, améliorant ainsi les performances globales.

« Un panneau solaire organique, c’est comme un panneau solaire classique, sauf que les matériaux qu’il y a à l’intérieur sont complètement différents. C’est un système de couches minces avec des électrodes transparentes, du polymère – ou « plastique » –très avancé, chimiquement, scientifiquement, et qui peut conduire l’électricité. » – Guillaume Wantz pour Voiles&Voiliers

Un pas de plus vers le nautisme durable

Nous avons souhaité collaborer avec Héole, car leurs valeurs présentent de fortes similarités avec les nôtres. En effet chez Outremer, nous souhaitons généraliser l’écoconception en optimisant la performance environnementale de nos bateaux à chaque stade de leur vie. Cette solution innovante s’inscrit parfaitement dans le développement des low-techs à bord des Outremer.

L’usage du bateau représente l’essentiel de l’empreinte environnementale de la vie d’un bateau. Se tourner vers des solutions durables est un premier pas vers le nautisme durable.

“La qualité organique des procédés utilisés par HÉOLE permet de récupérer dans un temps très court l’énergie consommée pour sa fabrication et celle qui devra l’être pour son recyclage, contrairement aux autres technologies solaires couramment utilisés pour les panneaux solaires.” – Guillaume Wantz

 

Un coût qui en vaudra le coup

En ce qui concerne le prix et la disponibilité de la technologie, il est prévu que le coût de production des voiles solaires diminue à mesure que la capacité de fabrication augmente. Dans les deux prochaines années, il devrait donc être possible de produire davantage de voiles solaires à moindre coût, ouvrant ainsi la voie à une adoption plus large de cette technologie.

Les cellules OPV utilisées dans les voiles solaires nécessitent une quantité d’énergie moindre pour leur fabrication par rapport aux cellules photovoltaïques classiques à base de silicium. De plus, elles sont produites par impression, ce qui est une méthode plus rapide et efficace. Il faut seulement quelques semaines pour rentabiliser l’énergie nécessaire à leur production.

 

Des perspectives encourageantes

Cette technologie encore en cours de test (non commercialisée pour le moment) offre des avantages significatifs, notamment la capacité de doubler voire de tripler la production d’énergie en navigation. Avec une potentielle augmentation de la capacité de production à l’horizon des deux prochaines années, les voiles solaires pourraient révolutionner l’industrie de la navigation en offrant une source d’énergie propre et renouvelable pour subvenir aux besoins énergétiques à bord des bateaux.

Et vous ? Testeriez-vous ces voiles solaires ? Héole recherche actuellement des propriétaires qui seraient prêts à tester cette technologie novatrice !

 

Pour plus de détails sur Outremer, contactez l’espace presse

Continuez à naviguer

17 avril, 2024

L’Outremer 52, triplement récompensé !

L’Outremer 52 vient de frapper fort en raflant non pas un, mais trois prestigieux prix internationaux ! (on est à deux doigts d’avoir le melon)

Nous avons entamé notre série de victoires en novembre 2023 avec le British Yachting Award 2023, un grand moment de fierté pour tous.

8 avril, 2024

Mise à l’eau du dernier Outremer 45 produit à La Grande-Motte

Lundi 8 avril, nous avons mis à l’eau le dernier Outremer 45 produit à La Grande-Motte (oui, il déménage) !